brouge.jpg (18426 bytes)Sommaire

 
AU COEUR DE L'EURASIE : LE TERRITOIRE DE KRASNOÏARSK



Grand comme cinq fois la France, le territoire de Krasnoïarsk, s'étend de la frontière russo-mongole au sud jusqu'à l'Océan Glacial Arctique. Il est traversé sur toute sa longueur par le fleuve Iénisseï qui sépare la Sibérie Occidentale de la Sibérie Orientale. Ce territoire, peuplé de 3 800 000 habitants (soit 1,3 hab./km2) est l'un des plus importants au niveau des ressources naturelles (pétrole, gaz, charbon, minerais, forêts ...). La taïga, forêt de connifères, occupe une partie considérable du territoire.

J'ai découvert la Sibérie en été, sous un soleil de plomb, alors que la nature, luxuriante, vivait ses quelques mois d'éxubérance. Les Sibériens sont très accueillants, ouverts aux étrangers, cultivés, bref, beaucoup de chaleur humaine dans ce pays du bout du monde. Malheureusement aussi beaucoup de pauvreté, qui ne cesse de s'aggraver depuis la chute du communisme, des infrastructures vétustes, et peut-être le plus grâve : des espoirs déçus, de la résignation. Mais ils ont des atouts : leur grande force de caractère, leur cohésion, et un pays gavé de ressources naturelles.
 

 
r_krasno.jpg (4750 bytes)
La ville de Krasnoïarsk et la réserve de Stolby

Lessossibirsk et Iénisseïsk (nord)

Chouchenskoé et le barrage de Saïano-Chouchenskoé (sud)