La Grande Russie

    En rêve éveillé j’ai vu la Russie profonde
    Jusque dans ses entrailles de bouleaux et de pins,
    Et à perte de vue ses forêts de sapins
    S’étendant aux confins où terre et ciel se fondent,

    Ses fleuves aux longs cours qui sillonnent la plaine
    D’eaux bleues, de vertes rives ponctuées de bulbes d’or,
    Ils n’en finissent pas leur route vers le nord,
    De glace ils se figent quand vient l’hiver cryogène,

    Ses villages isolés et ses maisons de bois,
    Des îlots de chaleur au milieu des congères,
    Les grands palais de marbres de ses cités de pierre,
    Ses statues de métal aux socles lourds et froids,

    Ses contes et ses légendes, le bel oiseau de feu,
    Ses princes et ses princesses, de sang, de cœur ou d’âme,
    Ses muses et ses poètes que l’éternel enflamme,
    Ses chœurs de l’armée rouge aux chants touchant les cieux.

    Ainsi est la Grande Russie tel que je la vis.

 

   PS : Si vous aimez les poèmes, vous aurez peut-être plaisir à visiter mon

          site http://www.jolis-mots.com , c'est un recueil de mes poèmes.